Rencontre avec Vincent Darré. Photographie par adscite

MAGAZINE

Le dessin est comme une prolongation de l’écriture, c’est mon plus ancien « amant ». Il m’apparait comme quelque chose de mystique, très mystérieux, qui me permet d’explorer tout ce qu’il y a en dessous de la pointe de l’iceberg. Je ne comprends toujours pas le rapport addictif que j’ai à ce médium. Je sais juste qu’à un moment, il me met en transe, et ce n’est plus moi qui dessine, mais mon « cerveau blanc ».